Xplane.frAccueil/Accueil.html

Accueil       Photos        Podcast        Aéronefs        Piloter        Contact        Goodies        Discussion

dimensions

Longueur

Non précisé

Envergure  

Non précisé

Hauteur

Non précisé

Surface alaire

Non précisé

Masse à vide

Non précisé

Masse maxi au décollage

Non précisé

performances

Moteur

Turbine non désignée

Vitesse maximale

Mach 1

Vitesse de décrochage

100 kt (185 km/h)

Vitesse ascensionnelle

7 000 ft/min


Où le trouver

Inclus dans  X-plane

Dans le dossier «Experimental»

XM8-Sparrow

 

Quelle drôle d’appareil. Aussi intrigant, qu’attachant. Il est apparu dans X-plane avec la version 9.31. Il se trouve dans le répertoire des aéronefs expérimentaux. Mais nous aurions très bien pu le trouver dans le dossier «VTOL». Oui, pour moi, il s’agit bien de cela un «VTOL» (Vertical Take-Off and Landing aircraft), ou ADAV en français (Aéronef à Décollage et Atterrissage Verticaux). Le principe semble simple sur cet avion, mais il est plus complexe qu’il n’y parait. Pour le côté simple nous avons une turbine orientable au centre de m’appareil (il faudra impérativement songer à assigner une molette du joystick pour commander cette inclinaison ; la «pilotabilité» en dépend). Comme vous pouvez vous en douter, la position vertical s'acquittera des décollages et atterrissages verticaux. Une position intermédiaire nous gratifiera dès le décollage d’un taux de montée fulgurant. Et pour atteindre une vitesse de croisière subsonique, la position horizontal remplira son office. Mais c’est bien les délicates phases de vol stationnaires qui font appel à un systéme plus complexe composé de six mini-propulseurs. Deux par deux, ils s’occupent respectivement de contrôler l’aéronef sur ses trois axes, tangage, roulis et lacet. Et ma foi, ça fonctionne plutôt bien. Le XM8 ne me fait pas l’effet d’une excentricité, mais bien d’un appareil mûrement réfléchi. Pour preuve ; je vois les mini volets (façon liner) sur les bords d’attaque qui s’actionnes en vol pour contrôler le roulis selon la vitesse. Ou encore les puissants aérofreins. Le grand débattement du train d’atterrissage bien amorti acceptant les «posé» un peu dur aussi. Bref, cet engin volant semble redoutablement bien conçu ; comme si il avait été pensé pour exister réellement. Une chose est certaine, une fois que vous aurez appréhendé le maniement vous gouterez à quelque chose de peu commun. Décoller à la vertical et croiser à 500 nœuds, ça laisse rêveur…